>>

CHAUDIÈRE MURALE

 

puce

La chaudière murale.
La chaudière murale est l'appareil idéal pour le chauffage individuel dans un appartement car elle est d'encombrement réduit, environ 0,55 m de large 0,90 m de haut et 0,45 m de profondeur selon les modèles. Elle peut aussi être installée dans une maison individuelle car sa puissance peut aller jusqu'à 30 KW ce qui permet de chauffer un logement bien isolé d'environ 150 à 170 m². Elle a l'avantage d'être bien moins chère qu'une chaudière au sol. Elle est relativement esthétique et les nouveaux modèles quasiment aussi sophistiqués que les chaudières au sol. Elle a la possibilité d'être pilotée par une régulation en fonction de la température extérieure avec ou non l'emploi d'une vanne à 3 voies motorisée, par un thermostat d'ambiance ou tout simplement, fonctionner avec seulement des robinets thermostatiques avec réglage sur l'aquastat. Elle peut être installée dans le placard d'une cuisine ou salle de bain aménagée à condition qu'il n'aie ni fond bas ni fond haut de façon à permettre une bonne circulation de l'air. Un inconvénient malgré tout, avec une production d'eau chaude à serpentin incorporé la chaudière aura du mal à assurer un débit d'eau à température constante ce qui est assez gênant quand on se trouve sous la douche et qu'une autre personne soutire de l'eau chaude à un autre poste. La solution à ce problème est, moyennant quelques Euros de plus, de coupler à la chaudière un ballon d'accumulation ce qui assure une production en continue et à température constante. D'une contenance moyenne d'environ 80 litres il assure un débit à 40°C de 400 à 600 litres/heure selon la puissance de la chaudière et de la T° de l'eau froide. La température de stockage doit être de 50°C minimum de façon à éviter la légionellose et de 65°C maximum pour éviter un entartrage important et par sécurité. Cette chaudière existe en 2 versions courantes : la version atmosphérique donc à tirage naturel appelée "appareil à circuit non étanche"  et la version ventouse équipée d'une turbine motorisée pour l'extraction des gaz brûlés et l'aspiration de l'air frais pour la combustion, appelée "appareil à circuit étanche". Cette chaudière peut aussi être à condensation et donc avec un fort rendement pouvant aller de 15 à 25% de plus qu'une chaudière traditionnelle.
 
puce

 Version atmosphérique.
La chaudière à tirage naturel doit être raccordée à un conduit d'évacuation (cheminée) en bon état et nettoyé tous les ans. Il doit être de section suffisante, au moins égale au Ø de sortie de la chaudière. Au cas ou plusieurs chaudières seraient raccordées sur un même conduit (se renseigner auprès des voisins ou du syndic) demander conseil au fournisseur pour savoir si la section est suffisante à l'ajout de la chaudière. Ne pas l'installer sans la certitude que les gaz brûlés seront bien évacués, car ils pourraient refouler et la sonde anti-débordement mettrait la chaudière en sécurité et le problème ne pourrait être résolu que par la création d'un nouveau conduit, la pose d'une version à ventouse ou d'un autre type de chaudière (électrique). Il n'est pas possible ici de proposer des tableaux de dimensionnement car il en faudrait plusieurs pour représenter tout les cas de figure et certains de grande taille. Voici deux exemples :
-1 Pour une chaudière d'une puissance de 28 kW avec un coude 90° raccordée sur un conduit d'évacuation d'une hauteur supérieure à 4 m sans dévoiement le diamètre intérieur minimum de celui-ci devra être de 139 mm.
-2 Pour 5 chaudières d'une puissance de 28 kW chacune (une par étage) avec un coude 90° raccordée sur un conduit d'évacuation d'une auteur supérieure à 15 m sans dévoiement le diamètre intérieur de celui-ci devra être de 250 mm.

La chaudière doit se trouver le plus près possible du conduit d'évacuation car il n'est pas possible de mettre plus de 2 coudes 90° ou 4 de 45°, le conduit de sortie de la chaudière en partie horizontale ne doit pas excéder 5 m si il est muni d'une pièce pour la récupération des condensats, sinon de 3 m. Prendre en compte le fait qu'un coude 90° représente 1 m de perte de charge et un coude 45° 0,5 m de perte de charge donc, avec 2 coudes 90° il ne sera pas possible de mettre plus de 3 m de conduits dans le cas ou il y a une pièce pour la récupération des condensats et 1m dans le cas où il n'y en a pas. Le conduit de raccordement doit avoir une pente montante vers le conduit d'évacuation de 3% si sa longueur dépasse 1 m. Le conduit de sortie de la chaudière ne doit pas traverser une pièce autre que celle où est installée celle-ci, il ne doit pas non plus pénétrer en saillie intérieure plus de 2 cm. Le conduit de sortie doit être facilement démontable pour permettre l'entretient et la dépose de la chaudière, il doit être en tuyau aluminium, acier inoxydable ou en acier émaillé sur les deux faces (intérieure et extérieure). Le tuyau en acier ou acier galvanisé est totalement interdit. Pour la hauteur de la chaudière il n'y a pas de règles, elle est surtout imposée par la hauteur du plafond et l'orifice de raccordement du conduit d'évacuation.
Une amenée d'air frais est obligatoire, elle peut être directe c'est à dire par un percement dans une paroi de la pièce donnant sur l'extérieur ou indirecte, l'air frais est alors prélevé dans un local contigu, qui lui, est pourvu d'un percement donnant directement sur l'extérieur. La section d'amenée d'air est fonction de la puissance de la chaudière et doit être de :
P <= 25 KW, S = 50 cm²
25 KW < P <= 35 KW, S = 70 cm²
35 KW < P <= 50 KW, S = 100 cm²
50 KW < P <= 70 KW, S = 150 cm²
P = puissance de la chaudière en kW
S = surface nette de l'orifice (déduire la surface des ailette pare pluie et moustiquaire). Il est possible d'avoir plusieurs orifices à condition que la somme de leurs surface nette soit égale à la surface prescrite pour un orifice. Comme la chaudière est raccordée à un conduit d'évacuation, il n'y a pas de hauteur prescrite.
 

puce

Version ventouse.
La chaudière à ventouse peut-être installée n'importe où, mais attention à la longueur maximale du double conduit et du nombre de coudes maxi, se renseigner auprès du fournisseur car cela dépend du type de la chaudière. Pour la mise en place du conduit concentrique (conduit coaxial), faire le percement avant la pose de la chaudière afin de ne pas faire tomber de gravas à l'intérieur de celle-ci, alors, accrocher la chaudière, tracer l'axe du percement et retirer la chaudière. Faire attention pour le percement en façade d'avoir le droit vis à vis des autres copropriétaires et du syndic. Le conduit doit avoir une pente vers l'extérieur de 1 à 2% pour éviter que les condensats ne pénètrent dans la chaudière, ce qui, à la longue, risquerait de l'endommager.
Attention, pour une chaudière à condensation, la pente doit être non pas vers l'extérieur mais vers l'intérieur afin d'éviter la gène des condensats à l'extérieur, plaque de glace, humidité permanente au pied du mur, etc... Le corps de chauffe étant prévu à cet effet, il n'y a aucun risque d'endommagement de la chaudière.
L'axe du conduit ne doit pas être en façade à moins de 0,40 m du nu extérieur d'une ouverture (fenêtre, vasistas, etc...) et à moins de 0,60 m du nu de tout orifices d'entrée d'air de ventilation. Si le double conduit débouche sur la voie publique et à moins de 1,80 m du sol de celle-ci, un déflecteur déviant parallèlement à la façade les produits de combustion devra être installé (voir avec le fournisseur).
Pour les ventouses à sortie verticale (appartement sous toiture) une pièce servant à la collecte des condensats est nécessaire (à part chaudière à condensation) et existe mais n'est pas systématiquement livrée avec la chaudière, veiller à la commander car si le double conduit dépasse 1 m de long il y a de forte chances pour qu'il condense par grand froid. Pour cette chaudière une amenée d'air n'est pas nécessaire. Le conduit à installer ne peut être que celui livré avec la chaudière et seulement celui-ci, les coudes et rallonges à utiliser ne peuvent être que ceux prescrits par le constructeur. Faire bien attention à la mise en place des joints, si les conduits sont à emboîtement il est conseillé de mettre un peu de graisse silicone sur les joints de façon à éviter un enroulement ou un cisaillement de ceux-ci.

Schémas de principe.